Palmares Magazine
CRITIQUES : Interlude   |    CONFERENCES DE PRESSE : Interlude   |    SUR LE VIF : Interlude   |    TROPHEES : Patience !   |    AGENDA : Interlude   |    INTERVIEWS : Interlude   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #01   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #02   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Où trouver Palmarès magazine...   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en France   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en Belgique   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en Italie   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine au Maroc   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #03   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine au Canada   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #04   |    TROPHEES : Le palmarès du 64ème Festival de Cannes   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #05   |    TROPHEES : Isabelle Huppert   |    TROPHEES : Harrison Ford   |    TROPHEES : Le palmarès complet du Festival del film de Locarno 2011   |    A L AFFICHE : La Guerre est déclarée   |    CRITIQUES : Carnage   |    CONFERENCES DE PRESSE : A Dangerous Method   |    CRITIQUES : A Dangerous Method   |    CONFERENCES DE PRESSE : Shame   |    TROPHEES : tiff 2011 : le palmarès complet   |    TROPHEES : 68ème Mostra : le palmarès complet   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Le Festival de cinéma européen des Arcs   |    CRITIQUES : Une vie meilleure   |    CRITIQUES : Extraterrestre    |    TROPHEES : Festival de cinéma européen des Arcs 2011 : Le palmarès complet    |    CRITIQUES : Bullhead   |    CRITIQUES : Gypsy   |    CRITIQUES : Death of a superhero   |    CRITIQUES : Lena   |    A L AFFICHE : Louise Wimmer   |    A L AFFICHE : Une vie meilleure   |    A L AFFICHE : Café de Flore   |    INTERVIEWS : Jean-Marc Vallée   |    TRIBUNES : La Quinzaine des Réalisateurs 2012   |    CONFERENCES DE PRESSE : Billy Bob Thornton   |    TROPHEES : Berlinale 2012, le palmarès complet   |    A L AFFICHE : Bullhead   |    TRIBUNES : Cannes 2012, la sélection officielle   |    TRIBUNES : Cannes 2012, le mot du Président   |    A L AFFICHE : Avé   |    TRIBUNES : La Semaine de la Critique 2012   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2012, les films de dernière minute   |    AGENDA : FCCF 2012   |    TRIBUNES : Coopération franco-chinoise   |    TRIBUNES : Made in China, II   |    CRITIQUES : Moonrise Kingdom   |    SUR LE VIF : Tapis rouge : soirée d'ouverture   |    TROPHEES : Le Carrosse d’Or   |    CRITIQUES : Après la bataille   |    SUR LE VIF : Quinzaine des Réalisateurs, soirée d'ouverture   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Conflit d’intérêts ?   |    TRIBUNES : Rencontres franco-chinoises   |    SUR LE VIF : "De rouille et d'os", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Après la bataille", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Beyond the Hills   |    CRITIQUES : Paradis : amour   |    SUR LE VIF : "Broken", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Madagascar 3", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Paradis : amour", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Reality", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "The Paperboy", le tapis rouge   |    CRITIQUES : The We and the I   |    SUR LE VIF : "Beyond the Hills, le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Lawless" (Des hommes sans loi), le tapis rouge   |    CRITIQUES : Les Invisibles   |    SUR LE VIF : "Dario Argento's Dracula", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Hors les murs   |    TRIBUNES : Une journée particulière   |    SUR LE VIF : "Amour", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : The Hunt", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "In Another Country", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Vous n'avez encore rien vu", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Like Someone in Love", le tapis rouge   |    CRITIQUES : A perdre la raison   |    SUR LE VIF : "A perdre la raison", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Killing Them Softly", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "The Angels' Share", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Killing Them Softly   |    TROPHEES : Le palmarès officiel   |    SUR LE VIF : "Post Tenebras Lux", le tapis roupe   |    TROPHEES : Le palmarès de la Quinzaine   |    TROPHEES : Le palmarès de la Semaine   |    TROPHEES : Cannes 2012, les autres prix   |    SUR LE VIF : "Cosmopolis", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Dans la brume", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Hemingway & Gellhorn", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "L'Ivresse de l'argent", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Mud", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : La cérémonie de clôture, tapis rouge !   |    INTERVIEWS : Téléfilm Canada   |    INTERVIEWS : Philippe Falardeau (1/2)    |    CRITIQUES : Monsieur Lazhar   |    INTERVIEWS : Olivier Père, l'homme de Locarno   |    INTERVIEWS : Philippe Falardeau (2/2)   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Gebo vs. Aftershock   |    CRITIQUES : Argo   |    CRITIQUES : Caught In The Web   |    CRITIQUES : Rebelle   |    INTERVIEWS : Kim Nguyen   |    TROPHEES : Prix Louis-Delluc 2012   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Sélection officielle   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Quinzaine des Réalisateurs   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Semaine de la Critique   |    CRITIQUES : The Great Gatsby   |    TRIBUNES : Conversation avec Jane Campion   |    CRITIQUES : The Bling Ring   |    CRITIQUES : Miele   |    CRITIQUES : Fruitvale Station   |    INTERVIEWS : Ryan Coogler, la révélation Sundance   |    SUR LE VIF : Happy Birthday Thomas!   |    TROPHEES : Le Prix Média 2013 à Thomas Vinterberg   |    CRITIQUES : Les Garçons et Guillaume, à table !   |    INTERVIEWS : Guillaume Gallienne, le Q&A   |    CRITIQUES : Only God Forgives   |    TRIBUNES : MEDIA Audience strategy   |    CRITIQUES : La Vénus à la fourrure   |    CRITIQUES : Nebraska   |    CRITIQUES : La Dernière fois que j'ai vu Macao   |    INTERVIEWS : Cameron Bailey   |    CRITIQUES : Grace de Monaco   |    CONFERENCES DE PRESSE : Jane Campion et ses jurés   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Quinzaine des Réalisateurs 2014, la sélection   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Semaine de la Critique 2014, la sélection   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Festival de Cannes 2014, la sélection   |    TRIBUNES : tiff industry meetings: Du Contrat Social   |    TRIBUNES : L’image du cinéma français dans le monde   |    CRITIQUES : Captives   |    CRITIQUES : Bande de filles   |    EDITO : #bonneconduite   |    SUR LE VIF : Le Carrosse d'Or à Alain Resnais   |    TRIBUNES : Saint Laurent Turner   |    CRITIQUES : Lost River   |    TROPHEES : Cannes 2014, le palmarès officiel   |    TROPHEES : Cannes 2014, le palmarès des sections parallèles   |    CRITIQUES : 12 Years A Slave   |    CRITIQUES : Gravity   |    CRITIQUES : Prisoners   |    TROPHEES : Prix Henri Langlois, 10ème anniversaire   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, La Sélection officielle   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, la Quinzaine des Réalisateurs   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, La Semaine de la critique   |    CRITIQUES : La Tête haute   |    CRITIQUES : Sleeping Giant   |    CRITIQUES : The Lobster   |    CRITIQUES : A Perfect Day   |    CRITIQUES : Inside Out Vice-Versa   |    CRITIQUES : Sicario   |    TRIBUNES : La France va mal   |    TROPHEES : Cannes 2015, le palmarès officiel   |    TROPHEES : Cannes 2015, les autres Prix   |    TRIBUNES : Le cinéma "Trademark"   |    CRITIQUES : L'Assemblée   |    CRITIQUES : Juste la fin du monde   |    CRITIQUES : Barbara   |    TRIBUNES : Okja, ou le cinéma selon Netflix   |    CRITIQUES : 120 Battements par minute   |    TRIBUNES : Promouvoir la francophonie   |    CRITIQUES : The Florida Project   |    A L AFFICHE : Cannes, 71ème Festival international du film   |   

Cannes, 71ème Festival international du film

...
[Lire la suite...]

Favoris et partage   Souscrire



Edito

#bonneconduite

Le hashtag est devenu la plus redoutable arme de destruction massive et fait fleurir, en renfort de son inquisition, des légions de tartuffes bien-pensants. Le Festival de Cannes allait-il lui aussi plier devant la puissance du # ?

A l’aube de sa majorité, notre XXIème siècle (selon, soit dit en passant, un calendrier chrétien qu’il serait urgent de faire condamner par le nouvel Ordre-moral-du-vivre-ensemble) se complait dans une terrassante immaturité infantile. Il faut dire qu’avec tonton Facebook, qui lui a inculqué les bienfaits de la vacuité et du narcisse, et tata Twitter qui lui a appris que 140 signes suffisaient pour brailler du moment qu’on braille le premier, le pauvre petit XXI n’a pas eu l’occasion d’exercer son cerveau. Mais s’il est un peu con, le siècle a développé des biscoteaux taillés dans l’effet de masse, assez puissants pour tout balayer sur son passage. Au point que même ses aînés, effrayés sans doute du monstre qu’ils ont enfanté, l’encouragent plutôt que de remettre les pendules à l’heure.

S’enracine alors une époque obscure, où la moindre allégation se croit verdict et exige le lynchage, où le complexe de victimisation se vautre dans son quart d’heure wharolien, où la censure pose un bâillon fascisant sur tout soupçon, avéré ou non, de discrimination. Le hashtag refuse toute réflexion, tout recul, toute réponse. Il est devenu la plus redoutable arme de destruction massive et fait fleurir, en renfort de son inquisition, des légions de tartuffes bien-pensants.

Protégé par son armure d’incorruptibilité, forgée en soixante-dix éditions de combats politiques et artistiques, de détermination obstinée à défendre la liberté d’expression, le Festival de Cannes allait-il lui aussi plier devant la puissance du # ? Impossible ! Et pourtant… une série d’indices font vaciller nos certitudes.

 

#bonneconduite

 

À commencer par la présidence du jury. Car au-delà de sa légitimité artistique à remplir cette charge honorifique, Cate Blanchett est femme ( un bon point au crédit de la parité), elle se déclara aussi victime d’un certain producteur libidineux. Et mine de rien, le Festival gagne à faire oublier la complicité qui l’unissait à Harvey Weinstein.

Vient ensuite l’annonce par laquelle le Festival s’engage et met en place une plateforme spéciale dédiée aux victimes de harcèlement physique ou moral et de violences sexuelles. L’intention est louable, indiscutablement. Sauf que… Renseignements pris auprès des forces de l’ordre, il s’avère que la police ne note aucune recrudescence significative (sinon celle, mathématique, due à la courbe de fréquentation et constatée dans tout événement semblable) d’agressions en tous genres, et encore moins d’agressions à caractère sexuel. Alors pourquoi cet excès d’un zèle sans cause avérée, dont la vitrine ne sert qu’à flatter l’air du temps ?

Et pour couronner le tout, une association a cru bon de devoir créer un ‘prix de la citoyenneté’. A l’heure des diktats de la pensée inclusive, ce simple intitulé a de quoi faire frémir. Heureusement, le Festival n’en est pas l’auteur, bien qu’il se soit engagé à offrir son appui logistique.

En contrepoint de ces élans de bonne conduite, quelques éclaircies laissent espérer que Cannes ne mettra pas genou à terre.

La première, hautement symbolique : l’interdiction des selfies sur le tapis rouge. Pour les hordes de nombrilistes que ce règlement plongera dans des perditions existentielles, il sera d’ailleurs peut-être utile, pour le coup, de créer un numéro d’urgence.

Autre belle éclaircie : le retour de Lars Von Trier sur la Croisette. Après sept ans de réflexion, Cannes a donc eu la sagesse de rendre le génie à ses pairs, même si c’est par une phase probatoire hors compétition. Et Trier n’ayant produit que Nymphomaniac en 2013, le Festival ne se sera finalement privé que d’une pierre dans l’édifice du réalisateur.

Vient enfin la fin des présentations à la presse avant tout le monde. A nos confrères que cette annonce a tétanisés, le délégué général Thierry Frémaux répond qu’il était temps de mettre un terme aux ‘confettis de rumeur ’précédant les projections de gala, et que ces dernières retrouvent leur faste et leur exclusivité.

Alors oui, même si certaines manœuvres permettent de glisser habilement sur la houle de la démagogie, Cannes reste cette autorité insubmersible, dont la proue hiératique porte avec panache les couleurs de la liberté cinématographique, contre vents et marées.

Les festivaliers n’ont qu’à bien se tenir.

Contacter l'auteur  Stéphane Simon
Souscrire   Favoris et partage





Chercher dans la table Edito
Consulter la table Edito