Palmares Magazine
CRITIQUES : Interlude   |    CONFERENCES DE PRESSE : Interlude   |    SUR LE VIF : Interlude   |    TROPHEES : Patience !   |    AGENDA : Interlude   |    INTERVIEWS : Interlude   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #01   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #02   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Où trouver Palmarès magazine...   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en France   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en Belgique   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en Italie   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine au Maroc   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #03   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine au Canada   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #04   |    TROPHEES : Le palmarès du 64ème Festival de Cannes   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #05   |    TROPHEES : Isabelle Huppert   |    TROPHEES : Harrison Ford   |    TROPHEES : Le palmarès complet du Festival del film de Locarno 2011   |    A L AFFICHE : La Guerre est déclarée   |    CRITIQUES : Carnage   |    CONFERENCES DE PRESSE : A Dangerous Method   |    CRITIQUES : A Dangerous Method   |    CONFERENCES DE PRESSE : Shame   |    TROPHEES : tiff 2011 : le palmarès complet   |    TROPHEES : 68ème Mostra : le palmarès complet   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Le Festival de cinéma européen des Arcs   |    CRITIQUES : Une vie meilleure   |    CRITIQUES : Extraterrestre    |    TROPHEES : Festival de cinéma européen des Arcs 2011 : Le palmarès complet    |    CRITIQUES : Bullhead   |    CRITIQUES : Gypsy   |    CRITIQUES : Death of a superhero   |    CRITIQUES : Lena   |    A L AFFICHE : Louise Wimmer   |    A L AFFICHE : Une vie meilleure   |    A L AFFICHE : Café de Flore   |    INTERVIEWS : Jean-Marc Vallée   |    TRIBUNES : La Quinzaine des Réalisateurs 2012   |    CONFERENCES DE PRESSE : Billy Bob Thornton   |    TROPHEES : Berlinale 2012, le palmarès complet   |    A L AFFICHE : Bullhead   |    TRIBUNES : Cannes 2012, la sélection officielle   |    TRIBUNES : Cannes 2012, le mot du Président   |    A L AFFICHE : Avé   |    TRIBUNES : La Semaine de la Critique 2012   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2012, les films de dernière minute   |    AGENDA : FCCF 2012   |    TRIBUNES : Coopération franco-chinoise   |    TRIBUNES : Made in China, II   |    CRITIQUES : Moonrise Kingdom   |    SUR LE VIF : Tapis rouge : soirée d'ouverture   |    TROPHEES : Le Carrosse d’Or   |    CRITIQUES : Après la bataille   |    SUR LE VIF : Quinzaine des Réalisateurs, soirée d'ouverture   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Conflit d’intérêts ?   |    TRIBUNES : Rencontres franco-chinoises   |    SUR LE VIF : "De rouille et d'os", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Après la bataille", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Beyond the Hills   |    CRITIQUES : Paradis : amour   |    SUR LE VIF : "Broken", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Madagascar 3", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Paradis : amour", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Reality", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "The Paperboy", le tapis rouge   |    CRITIQUES : The We and the I   |    SUR LE VIF : "Beyond the Hills, le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Lawless" (Des hommes sans loi), le tapis rouge   |    CRITIQUES : Les Invisibles   |    SUR LE VIF : "Dario Argento's Dracula", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Hors les murs   |    TRIBUNES : Une journée particulière   |    SUR LE VIF : "Amour", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : The Hunt", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "In Another Country", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Vous n'avez encore rien vu", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Like Someone in Love", le tapis rouge   |    CRITIQUES : A perdre la raison   |    SUR LE VIF : "A perdre la raison", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Killing Them Softly", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "The Angels' Share", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Killing Them Softly   |    TROPHEES : Le palmarès officiel   |    SUR LE VIF : "Post Tenebras Lux", le tapis roupe   |    TROPHEES : Le palmarès de la Quinzaine   |    TROPHEES : Le palmarès de la Semaine   |    TROPHEES : Cannes 2012, les autres prix   |    SUR LE VIF : "Cosmopolis", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Dans la brume", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Hemingway & Gellhorn", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "L'Ivresse de l'argent", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Mud", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : La cérémonie de clôture, tapis rouge !   |    INTERVIEWS : Téléfilm Canada   |    INTERVIEWS : Philippe Falardeau (1/2)    |    CRITIQUES : Monsieur Lazhar   |    INTERVIEWS : Olivier Père, l'homme de Locarno   |    INTERVIEWS : Philippe Falardeau (2/2)   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Gebo vs. Aftershock   |    CRITIQUES : Argo   |    CRITIQUES : Caught In The Web   |    CRITIQUES : Rebelle   |    INTERVIEWS : Kim Nguyen   |    TROPHEES : Prix Louis-Delluc 2012   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Sélection officielle   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Quinzaine des Réalisateurs   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Semaine de la Critique   |    CRITIQUES : The Great Gatsby   |    TRIBUNES : Conversation avec Jane Campion   |    CRITIQUES : The Bling Ring   |    CRITIQUES : Miele   |    CRITIQUES : Fruitvale Station   |    INTERVIEWS : Ryan Coogler, la révélation Sundance   |    SUR LE VIF : Happy Birthday Thomas!   |    TROPHEES : Le Prix Média 2013 à Thomas Vinterberg   |    CRITIQUES : Les Garçons et Guillaume, à table !   |    INTERVIEWS : Guillaume Gallienne, le Q&A   |    CRITIQUES : Only God Forgives   |    TRIBUNES : MEDIA Audience strategy   |    CRITIQUES : La Vénus à la fourrure   |    CRITIQUES : Nebraska   |    CRITIQUES : La Dernière fois que j'ai vu Macao   |    INTERVIEWS : Cameron Bailey   |    CRITIQUES : Grace de Monaco   |    CONFERENCES DE PRESSE : Jane Campion et ses jurés   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Quinzaine des Réalisateurs 2014, la sélection   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Semaine de la Critique 2014, la sélection   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Festival de Cannes 2014, la sélection   |    TRIBUNES : tiff industry meetings: Du Contrat Social   |    TRIBUNES : L’image du cinéma français dans le monde   |    CRITIQUES : Captives   |    CRITIQUES : Bande de filles   |    SUR LE VIF : Le Carrosse d'Or à Alain Resnais   |    TRIBUNES : Saint Laurent Turner   |    CRITIQUES : Lost River   |    TROPHEES : Cannes 2014, le palmarès officiel   |    TROPHEES : Cannes 2014, le palmarès des sections parallèles   |    CRITIQUES : 12 Years A Slave   |    CRITIQUES : Gravity   |    CRITIQUES : Prisoners   |    TROPHEES : Prix Henri Langlois, 10ème anniversaire   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, La Sélection officielle   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, la Quinzaine des Réalisateurs   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, La Semaine de la critique   |    CRITIQUES : La Tête haute   |    CRITIQUES : Sleeping Giant   |    CRITIQUES : The Lobster   |    CRITIQUES : A Perfect Day   |    CRITIQUES : Inside Out Vice-Versa   |    CRITIQUES : Sicario   |    TRIBUNES : La France va mal   |    TROPHEES : Cannes 2015, le palmarès officiel   |    TROPHEES : Cannes 2015, les autres Prix   |    TRIBUNES : Le cinéma "Trademark"   |    CRITIQUES : L'Assemblée   |    CRITIQUES : Juste la fin du monde   |    CRITIQUES : Barbara   |    EDITO : Que la fête commence !   |    TRIBUNES : Okja, ou le cinéma selon Netflix   |    CRITIQUES : 120 Battements par minute   |    TRIBUNES : Promouvoir la francophonie   |    CRITIQUES : The Florida Project   |   
Interviews

Consulter la table "Interviews"


Chercher dans la table "Interviews"




Berlin 2012   -   28-11-2012

Kim Nguyen   

Ce jeune Canadien est l’auteur d’une filmographie restée discrète au-delà de ses propres frontières. Son quatrième film, "Rebelle", risque fort de changer la donne. Rencontre.

Kim Nguyen

Comment est né le scénario de Rebelle ?

A l’origine, j’ai lu cette brève sur deux enfants birmans, devenus des figures sacrées pour un groupe de rebelles qu’ils guidaient spirituellement et stratégiquement. J’ai creusé la question des enfants-soldats et de fil en aiguille, je me suis orienté vers l’Afrique : les mines de diamants, les événements de Sierra Leone, m’on beaucoup influencé pour l’univers du film.

Votre précédent film, La Cité, se passait déjà en Afrique sur fond de guerre. Pourtant vous ne situez pas l’action précisément, de même que vous ne faites pas de procès à charge. Pourquoi ces choix ?

Peut-être est-ce un peu peureux, mais je voulais m’éloigner d’une cause particulière pour mettre la lumière sur des principes plus macro, plus universels. En fait il y a des morceaux de politique, mais ils sont digérés par cet être, cet enfant-soldat. Je voulais raconter le film de son strict point de vue. J’ai donc fait en sorte que toutes les réalités qui sont exposées dans le film, le soient à travers le regard de l’enfant.

Je souhaitais m’éloigner du film à message et, aussi, d’une certaine polarisation des enjeux. Prenons l’exemple de l’exploitation minière du coltan : c’est une des grandes sources de conflits au Congo. Si je me mets dans la peau de cet enfant, je n’ai pas conscience du contexte politique. La seule chose que l’on m’ait dite, c’est : le coltan est très important, il faut le cueillir pour financer et gagner la guerre. Je me suis donc limité à cette réalité là.

La sorcellerie est très présente, quelle est sa part de réalité et d’invention ?

Esthétiquement, formellement, il y a beaucoup d’inventions. Par exemple la séquence de magie ne se passe pas forcément telle que je l’ai mise en scène, même si le principe de donner de la drogue aux enfants existe. J’ai entendu parler de trucs… Ils mélangent de la cocaïne avec de la poudre de balle, ils font une incision dans le bras pour y frotter la poudre magique…

Pour moi la séquence de magie est lyrique, elle doit avoir quelque chose de maternel, d’enveloppant. Donc le principe est basé sur mes recherches mais les choix formels ont été inventés.

Vous avez porté ce projet pendant dix ans ; l’écriture a beaucoup évolué ?

Je suis allé vers la simplicité. Au départ la construction n’était pas chronologique et finalement, cette narration linéaire s’est écrite au montage. La présence de Rachel Mwanza [la jeune interprète du rôle de Komona, ndlr] était tellement puissante que déconstruire le film nous éloignait de sa force. On a découvert qu’il était inutile de vouloir être virtuose…

C’est pour cela que vous utilisez une caméra portée, à hauteur d’enfant, et que vous avez gommé les plans d’ensemble ?

Oui et pour moi, ça a été déchirant… Nous avions des plans d’ensemble magnifiques, sur la jungle, le village sur pilotis… Mais ces plans ne fonctionnaient pas, leur respiration perdait la tension dramatique. Ils étaient le point de vue démiurge et je voulais rester dans une focalisation zéro, dans le regard de Komona.

J’ai fait beaucoup de plans d’ensemble dans le passé mais je pense que je vais en faire de moins en moins.

Qu’avez-vous appris avec ce film ?

C’est mon quatrième film mais à certains égards, je sens que c’est le premier. Au fil de mes précédents projets, il y avait des facteurs de pression grandissants avec les producteurs, les distributeurs, la recherche du succès commercial qui peut nuire à l’authenticité ; et puis mes propres insécurités aussi…

Pour ce film j’ai détruit mes lego, j’ai cassé la maison et j’ai recommencé à zéro. Je suis retourné à mes 17 ans, quand je prenais des photos : être dans le moment, ne pas avoir d’a priori, regarder ce qui est là et le capturer. Pour moi, c’est une forme de libération.

Vous êtes à la fois scénariste et réalisateur. C’est un choix personnel ou un concours de circonstances ?

J’aimerais beaucoup travailler avec des scénaristes, mais je n’ai pas encore trouvé d’auteur avec lequel collaborer. Car je crois qu’il est beaucoup plus difficile de devenir bon scénariste que bon réalisateur. Je considère qu’après 20 ans d’écriture, je commence à maîtriser un peu la forme et la structure, l’équilibre entre la spontanéité, l’impertinence, et la rigueur dramatique. Les bons scénaristes sont des mines d’or ! 

Rebelle est une production 100% canadienne. Vous avez eu carte blanche ?

Carte blanche ça n’existe pas, mais je crois que j’ai bénéficié d’une situation où j’ai eu le plus de liberté dans notre industrie cinématographique. J’ai eu la confiance du distributeur, du producteur, aucun casting ne m’a été imposé… C’était étrange mais même mon distributeur m’a dit « Kim, fais ton film, ne te préoccupe pas du box office ». Et c’est rare qu’on ait cette opportunité et cette confiance.

Ma plus grande récompense, c’est d’avoir réalisé le film que j’ai voulu faire… et je suis conscient que cela n’arrive pas souvent dans une vie.

 

Lire la critique de Rebelle

Contacter l'auteur  Propos recueillis par Stéphane Simon
Souscrire   Favoris et partage






Tous les sujets d’actualité

Toronto 2012
[14-09-2012]
  -   Cameron Bailey
Cannes 2013
[22-05-2013]
  -   Guillaume Gallienne, le Q&A
Cannes 2013
[19-05-2013]
  -   Ryan Coogler, la révélation Sundance
Locarno 2012
[03-08-2012]
  -   Olivier Père, l'homme de Locarno
Toronto 2011
[21-09-2011]
  -   Philippe Falardeau (2/2)
Toronto 2011
[21-09-2011]
  -   Philippe Falardeau (1/2)
Toronto 2011
[21-09-2011]
  -   Téléfilm Canada
Janvier 2012
[30-01-2012]
  -   Jean-Marc Vallée
Interlude
[11-05-2010]
  -   Interlude



Kim Nguyen
© DR

Kim Nguyen
© DR